Interview de Caroline Chaverot
Interview de Caroline Chaverot avant sa participation au trail Transgrancanaria

Interview de Caroline Chaverot

Caroline Chaverot, qui sera au départ de la Transgrancanaria sur l’île de Gran Canaria ce week-end, à bien voulu répondre à nos questions.

Tout d’abord, comment vont ta santé et la forme physique, car tes deux dernières courses se sont soldées par des échecs ?

Je vais mieux, mais depuis quelques jours seulement, car ma bronchite a été très tenace. Je tousse encore un tout petit peu, mais on peut dire que je suis rétablie. Malheureusement, je me suis fissuré une côte en toussant, alors j’ai maintenant assez mal sur le côté… la poisse continue…

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Caroline, maman de 3 enfants, et enseignante à Genève. Je vis à Mandallaz, un hameau en Haute-Savoie, où mon mari a restauré une ferme. J’ai toujours aimé les sports de pleine nature et les ai toujours pratiqué avec un état d’esprit plutôt perfectionniste.

Quelles disciplines pratiquais-tu avant ?

Kayak en eaux-vives, ski de fond, ski de randonnée, alpinisme, escalade, VTT…

Comment as-tu découvert le Trail ?

La première fois que j’en ai entendu parler, c’est en 2005, lorsque j’ai rencontré une copine qui en faisait. Cela m’a immédiatement attirée, mais à l’époque, je grimpais beaucoup, puis j’ai eu les enfants, alors je n’ai pas eu l’occasion de commencer le trail. Et puis pour moi, la compétition, c’était quelque chose dont je ne voulais plus entendre parler, j’en avais assez fait en kayak. Mais après la naissance du petit dernier, je me suis dit : « Et pourquoi pas faire un trail, finalement ». Mon premier trail a été le trail du Salève, en mai 2012. J’en ai bavé, car je manquais vraiment d’entraînement et j’allaitais encore 8 fois par jour. Mais, avec le recul, l’expérience m’a plu, et c’était parti !

Que représente le Trail pour toi ?

Moi, j’aime surtout le milieu montagnard, je ne suis pas vraiment une vraie coureuse à pied. Alors, le trail représente la montagne, les sentiers techniques, les beaux paysages et aussi le dépassement de soi. Je ne voulais pas faire de compétition, mais je me suis aperçue que seule la compétition me permettait de vraiment tout donner, toucher à mes limites, et aussi trouver une motivation pour s’entraîner dur.

Peux-tu nous faire le bilan de ta saison ?

J’ai beaucoup progressé au cours de cette saison, et obtenu des succès inespérés. J’ai aussi, à travers mes quelques échecs, mieux compris ce qui me convenait, comme type de terrains et de profils. J’ai connu quelques petites blessures et coups de moins bien, mais qui ne m’ont pas trop handicapé sur mes trails. J’espère que la saison 2014 sera aussi belle !

Caroline Chaverot lors de sa victoire à la CCC

Caroline Chaverot sur le podium : 1ère féminine à la CCC 2013

Tes plus beaux souvenirs, plus belles images de 2013 en Trail ?

J’ai eu la chance de bénéficier d’un temps superbe sur tous les trails que j’ai couru, du mois de juillet jusqu’aux France de Gap. Il est donc difficile de hiérarchiser tous les beaux paysages que j’ai pu admirer. Un souvenir marquant restera ma victoire à la CCC. J’avais pris beaucoup de risques en partant vite, sans chercher à m’économiser. Je me suis claquée un muscle et ai beaucoup souffert, mais j’ai tenu bon. Ma frontale n’éclairait presque plus, et la dernière descente m’a vraiment demandé des efforts extraordinaires. Alors, arriver à Chamonix, en pleine nuit, et franchir enfin la ligne sous les applaudissements de la foule, c’était assez incroyable.

Tu es qualifiée pour les championnats du monde 2015 qui se dérouleront en France à Annecy lors de la MaxiRace, tu seras à domicile, quasiment sur tes terrains de jeux. Ca sera un avantage pour une performance !

Je ne suis pas encore qualifiée. Je suis juste invitée au stage de l’équipe de France ce mois de juin, ce qui est déjà bien. Pour me qualifier, il faudra gagner la Maxi-Race ou faire dans les deux premières aux France. En tout cas, c’est sûr que je participerai, même si cela doit être en Open. Ce sera très motivant, de prendre le départ d’un tel événement. J’espère trouver le temps de reconnaître complètement le parcours avant la Maxi-Race de cette année. Mais avec mes enfants, ce n’est pas forcément facile de me libérer pour de telles sorties.

Quel est ton programme et quels sont tes gros objectifs de la saison ?

En principe, je commence par la TransGranCanaria, puis le Ventoux (sur lequel il y a peu de chances que je performe vraiment, cette course étant 15 jours après la TGC), puis l’UTMF, puis la MaxiRace, le 80km du Mont-Blanc, l’ITT, la 6000D, l’UTMB, les France et le GRR. Ce programme pourra bien sûr être allégé en cas de grosse fatigue ou blessure. Mais je croise les doigts…

Donc tu fais le classement général de l’Ultra Trail World Tour ?

Oui, mais sans grande illusion, car après deux ans de course à pied, je ne peux prétendre rivaliser avec l’élite mondiale de l’ultra-trail.

Le départ de la Transgrancanaria c’est demain, quelles sont tes ambitions ?

Terminer en gérant bien ma course, si possible dans un temps correct.

Et pour terminer, quels sont tes points forts et faibles ?

Mes points forts : la volonté, l’endurance et de l’aisance dans les terrains techniques.

Mes points faibles : la force et la vitesse.

Interview de Caroline Chaverot

Caroline Chaverot

 

Merci de nous avoir accordé de ton temps, nous te souhaitons une très belle course !

 

About Goran Mojicevic

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*


6 − 5 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>