Sebastion Spehler - Photo Goran Mojicevic / Passion Trail
Sebastion Spehler - Photo Goran Mojicevic / Passion Trail

Sebastien Spehler revient sur son année et son premier objectif en 2015, les championnats du Monde

Sébastien Spehler qui fut champion de France 2013 et la révélation de cette même année réalise un impressionnant premier semestre 2014 avec 8 victoires sur les 8 premières courses.

Le festival avait débuté en février au Trail Hivernal de la Moselotte, puis les victoires s’enchaînèrent : Trail du Ventoux, Lyon Urban Trail, Trail des Forts de Besançon, Maxi Race, Trail de Faverges, 6000D et les Crêtes Vosgiennes en Août.

La fin de saison a été moins fructueuse avec une 6ème place au Championnat de France de Buis les Baronnies (alors qu’il était en tête au dernier ravitaillement avec Sylvain Court) et il a franchi la ligne d’arrivée du Festival des Templiers en 22ème position.

Sebastion Spehler - Photo Goran Mojicevic / Passion Trail

Sebastion Spehler – Photo Goran Mojicevic / Passion Trail

- Tes résultats de fin de saison furent un peu en dessous de ceux de ton superbe début d’année, que s’est-il passé ?

C’est vrai que j’ai eu un coup de moins bien en fin d’année. La fatigue était certes présente, mais je pense que mon changement de vie professionnelle y est pour beaucoup.

J’ai commencé une formation de coach sportif début septembre. Il y a de nombreux cours théoriques, mais aussi de nouveaux sports fatiguants comme la musculation.

Sebastion Spehler - Photo Goran Mojicevic / Passion Trail

Sebastion Spehler – Photo Goran Mojicevic / Passion Trail

- Quel est le domaine où tu as le plus progressé et qu’est ce que tu dois encore amélioré ?

C’est difficile à dire… En toute honnêteté, je pense que je dois progresser dans tous les domaines. J’aimerais aussi bien gagner en vitesse qu’en endurance. C’est la difficulté dans le trail.

A coté de ça, il faut aussi que je m’améliore dans le domaine de la nutrition et la gestion de course. Il y a encore du boulot !

- Quel est ton programme pour 2015 ?

Pour commencer la saison 2015, je pense rester dans ma région, en Alsace : ça évitera les gros déplacements qui sont difficiles à placer dans mon emploi du temps.

Vient ensuite le gros objectif : les Championnats du Monde de Trail le 30 mai, à Annecy.

Pour la suite de la saison, j’hésite beaucoup. Je pense que c’est le classement du championnat du monde qui va décider pour moi. Soit je retourne aux Championnats de France de trail, soit je passe à autre chose, pourquoi pas un Ultra. L’avenir nous le dira !

Sebastion Spehler - Photo Goran Mojicevic / Passion Trail

Sebastion Spehler – Photo Goran Mojicevic / Passion Trail

- Qui seront pour toi les hommes forts de la prochaine saison ?

Je crois que dans une année, il y a deux saisons. Ca a été mon cas cette année : j’ai gagné le Trail du Ventoux et je n’étais plus dans le coup lors des Templiers, alors que les deux courses étaient un objectif.

Ca a également été le cas pour Sylvain Court qui était en difficulté en début d’année et qui la finit en beauté!

Des hommes forts, il peut y en avoir quelques uns, et chacun à ses chances selon sa gestion de l’année et ses objectifs.

Sebastion Spehler - Photo Goran Mojicevic / Passion Trail

Sebastion Spehler – Photo Goran Mojicevic / Passion Trail

- Le trail bouge, la performance semble être aujourd’hui l’objectif du coureur et beaucoup moins l’esprit et le plaisir. Le ressens-tu et qu’attends tu de la planète trail ?

Sebastion Spehler - Photo Goran Mojicevic / Passion Trail

Sebastion Spehler – Photo Goran Mojicevic / Passion Trail

C’est sur que le monde du Trail change, sans doute en bien comme en moins bien, selon les points de vue de chacun.

Certains aspects sont mal vus comme l’arrivée de l’argent, les teams trails, … Je fais parti du team Adidas, mais ce n’est pas pour cette raison que le plaisir de courir n’est plus là! En grosse période préparatoire, je fais 20h d’entrainement par semaine, et si le plaisir n’était pas là, ça ne serait même pas envisageable. Pour figurer parmi les meilleurs, on n’a pas d’autre choix que d’aimer ce qu’on fait.

Le Trail est un sport traumatisant, aussi bien physiquement que mentalement. Un traileur qui court uniquement pour l’argent ou pour avoir un équipementier, s’est clairement trompé de sport car ce n’est pas rentable. Pour ma part, je n’attends pas grand-chose de plus dans le trail. J’aime ce que je fais. Aujourd’hui il y a un large choix de courses, il y en a pour tous les gouts : dans toutes les régions, médiatiques ou non, avec un fort ou faible dénivelé, … Tout le monde doit pouvoir y trouver son bonheur !

Merci pour cet interview, bon stage (organise son premier stage en tant que coach ce week-end) et de bonne fêtes de fin d’année.

Crédit Photo : Goran Mojicevic / Passion Trail

Sebastion Spehler - Photo Goran Mojicevic / Passion Trail

Sebastion Spehler – Photo Goran Mojicevic / Passion Trail

About Goran Mojicevic

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*


8 − 3 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>